LA CAMPAGNE NATIONALE GLYPHOSATE…  débarque à Valence !!

gypho

La campagne glyphosate est aujourd’hui installée dans plus de 50 départements du territoire français.

Partout des citoyens de tout age et de tous milieux sociaux veulent savoir si eux aussi sont, comme chaque personne ayant participer à nos prélèvements, CONTAMINÉS !

19H  –  VENDREDI 1er MARS 2019
à la MPT du Petit Charran à Valence

LA COORDINATION DROME DE LA CAMPAGNE GLYPHOSATE : « J’AI DES PESTICIDES DANS MES URINES ET TOI ? »

VOUS INVITE A ENTRER VOUS AUSSI EN CAMPAGNE !!!
( ……. et à un petit apéro dînatoire ou chacun apporte un petit quelque chose à la fin de la réunion !!)

Parce que le principe de précaution environnementale et sanitaire n’est pas respecté et que l’empoisonnement doit être dénoncé et définitivement interdit !!

Parce qu’il suffit d’attendre que les décideurs, élus ou non, prennent des décisions pour changer le monde de demain.

Parce que nous voulons un monde meilleur, que nombreux veulent des coquelicots,.

Parce que nous sommes des citoyens libres de nous engager pour l’avenir et la transition nécessaire qui implique l’engagement de chacun d’entre nous.

NOUS SOMMES TOU.TE.S CONCERNÉ.E.S –
REJOIGNEZ LA CAMPAGNE GLYPHOSATE !!

Toutes les infos :

– Le site officiel de la coordination nationale
campagneglyphosate.com

Le mail de la coordination Drôme :
campagneglypho26@gmail.com

ON LACHE RIEN !!!!!

 

nos députées n’étaient pas présentes pour notre santé……..

Interdiction du glyphosate : Alice Thourot, Mireille Clapot et Célia de Lavergne, nos 3 députées LERM, absentes lors du vote!

Interdiction du glyphosate : Alice Thourot, Mireille Clapot et Célia de Lavergne, nos 3 députées LERM n’ont  voté ni pour ni contre.  Les députées (LREM) de nos circonscriptions drômoises  n’étaient pas présentes lors du vote pour ou contre ce cancérigène vraisemblable… Seule la députée de Droite (LR), Emmanuelle Anthoine,  présente a voté contre  l’interdiction de l’herbicide cancérigène.

L’engagement ferme du candidat Macron, l’interdiction du glyphosate, herbicide fortement suspecté par les milieux scientifiques (du moins, ceux n’émargeant pas chez Monsanto) d’être à l’origine de nombreux cancers, a été rejetée par le Parlement…
Il sera important que nos députées précisent la raison de leurs absences lors de ce vote nullement indifférent : il permettait de décider entre intérêts privés (promus par les lobbys avec tout leur savoir-faire auprès des élus) et intérêts majeurs de santé publique (vous avez déjà eu un malade du cancer chez vous ? Vous savez de quoi je parle).
Alice Thourot, Célia de Lavergne et Mireille Clapot  étaient-elles mobilisées sur d’autres tâches, ou auraient -t-elles évités de se prononcer sur un sujet de fond sur lequel soit elles  ne sont  pas sensibilisée, soit elles tiennent à ménager «en même temps» tenants et opposants ?
Leurs  explicitations de ces absences seront appréciées des électeurs, alors que des députés LREM étaient, eux, vent debout contre un « cancérigène probable ».

Notons que la même assemblée a également refusé l’étiquetage couleur – clair et net – des aliments quant à leur éventuelle nocivité (taux de sucre, sel et graisse générateurs d’obésité, cette pandémie croissante touchant particulièrement les classes moins favorisées).
Comme l’a fait remarquer le chef de groupe LREM, avec une assurance bonhomme de chanoine sortant de table, «il faut plutôt responsabiliser les familles…». Dans les quartiers, nous lui souhaitons bien du plaisir pour la croisade pédagogique dans laquelle il s’engage donc.
Rappelons que si l’abandon du glyphosate aurait un coût pour les agriculteurs, cancers et obésité en ont également un sacré pour notre système de santé. Sans parler du prix humain, mais bon, pour ce qu’il en apparaît dans les calculs de la start up France.

André Brun et MCD

Nota  : 86 députés présents sur 577 : 491 absents donc, pour 1 non votant, 2 blancs, 63 contre et 20 pour.
Ce vote important a donc été décidé par 63 députés..