Il faut qu’on parle des produits ménagers.

menage

Pour écouter ou réécouter l’émission radio : Cliquez ici

Un constat

Je l’ai évoqué la dernière fois, une grande partie des produits que nous consommons est emballée avec des matériaux jetables, pas toujours recyclables et souvent polluants. C’est le cas de nombreux produits ménagers.

Et il n’y a pas que leur emballage qui pose problème. Début 2017, le magazine “60 millions de consommateurs” alerte les français sur les dangers de certains produits d’entretien. Ces produits seraient responsables, je cite –  d’une pollution majeure de l’air intérieur. Ainsi, 46 produits sont accusés de contenir des substances allergènes, irritantes et toxiques.

Les affichages présents sur les emballages sont également mis en cause. Le magazine épingle les allégations “100% naturel et 100% bio”. Ces messages minimisent la dangerosité de ces produits. Comme nous l’avons vu la dernière fois, une substance naturelle n’est pas forcément sans danger pour l’Homme. Les huiles essentielles, notamment, contiennent des allergènes et sont potentiellement toxiques.

Je vous rappelle ce qu’est 60 Millions de consommateurs. C’est un magazine publié par l’Institut National de la Consommation, qui est un établissement public placé sous la tutelle du ministre de la culture. Le magazine est rédigé par des journalistes qui travaillent avec des ingénieurs, juristes, économistes et documentalistes de l’Institut.

Les produits d’entretien dénoncés par 60 millions de consommateurs sont des assainissant, désodorisants, antiacariens et désinfectants.

Or, il existe des alternatives moins suspectes pour nettoyer sa maison ! Les solutions que je vais vous proposer me permettent aujourd’hui :
– De produire moins de déchets
– De prendre moins de risques pour ma santé et celle de mes proches
– De dépenser moins d’argent
– De gagner de la place dans mes placards

Mon expérience de changement

Pour cela, j’ai choisi de fabriquer moi-même mes produits ménagers. Alors j’ai cherché des recettes et j’ai fait des tests. Et il y a eu des ratés. Les plus cuisants m’ont été infligés par le liquide vaisselle.

Je me souviens de mon premier liquide vaisselle maison. Après fabrication, il fallait laisser reposer le mélange une nuit. Avant d’aller dormir, je transvase ma mixture dans un poussoir à savon liquide et le lendemain matin, avec grande hâte, j’appuie sur ledit poussoir pour tester mon nouveau liquide vaisselle. Malheureusement, ce n’est pas vraiment du liquide vaisselle qui en est sorti mais une sorte de… spaghetti gluant.

Et puis, à force de tests et de lectures, j’ai opté pour trois principes. Numéro 1 : utiliser des ingrédients les plus bruts possibles, donc éviter les produits déjà mélangés. Numéro 2 : choisir les recettes les plus simples possibles. Numéro 3 : préférer les produits multiusages.

La/les solutions enfin trouvée/s

Commençons par les ingrédients

Pour nettoyer mon logement, ma voiture et mon linge j’utilise 8 ingrédients :
1 – Vinaigre blanc
2 – Huile essentielle d’arbre à thé
3 – Bicarbonate de soude
4 – Cristaux de soude
5 – Blanc de Meudon
6 – Savon de Marseille

Et pour le lave-glace de la voiture, j’ajoute :
7 – Alcool
8 – Eau distillée

Où trouve-t-on toutes ces merveilles et en quel conditionnement ?
– Le vinaigre blanc : en bidon de 5 litres dans n’importe quelle grande surface
– L’huile essentielle d’arbre à thé : en compte-goutte de 50ml dans une parapharmacie ou en boutique bio
– Le bicarbonate de soude : en sachet papier d’1kg en boutique bio. Je choisis la marque « La Droguerie Écologique »
– Les cristaux de soude : en sachets papier de 500gr en boutique bio également et de la même marque
– Le blanc de Meudon : en sachet papier de 500gr aussi.
– Le savon de Marseille : en vrac en boutique bio, de la marque Marius Fabre
– L’alcool : en droguerie
– L’eau distillée : en bidon de 5L, en grande surface

Mais, me direz-vous, tout ça, ça fait quand même des déchets !
En moyenne, je renouvelle ces ingrédients 1 fois par an. Et mon logement fait 50m2.
Pour 1 an de ménage, j’aurais donc produit comme déchets : 2 bidons en plastique, 1 compte-goutte de verre, une bouteille en plastique et 3 sachets en papier. Alors oui, il y a des déchets mais en quantité réduite et tous recyclables .

Avant de se lancer, il est bon de se rappeler de deux ou trois éléments :
Tout d’abord, parlons des huiles essentielles:
Elles proviennent parfois de loin. Les feuilles d’arbre à thé par exemple, sont récoltées en Australie. Côté écologique, c’est pas terrible.
Les huiles essentielles peuvent aussi être dangereuses. En l’occurrence, l’huile essentielle d’arbre à thé est plutôt bien tolérée mais peut tout de même provoquer des irritations. Elles sont donc à manier avec parcimonie et précautions.

Et rappelez-vous : l’huile et l’eau ne se mélangent pas ! Il est donc inutile de mettre des huiles essentielles partout dans vos produits ménagers.

Ensuite, voyons quelle est la différence entre le bicarbonate de soude et les cristaux de soude :
Tout d’abord, ils n’ont aucun rapport avec la soude caustique, qui est dangereuse et extrêmement polluante. Bien que liés, les cristaux de soude et le bicarbonate de soude sont deux produits différents. Les cristaux de soude sont fabriqués à base de sel et de craie. Le bicarbonate, lui, est un sous-produit des cristaux de soude. Ces deux produits ont le même effet dégraissant.

Pour faire le ménage, lequel choisir ? Les cristaux de soude sont plus basiques que le bicarbonate. Ils sont donc plus corrosifs. Ils dégraissent donc de façon plus efficace que le bicarbonate mais sont aussi plus irritants. Par contre, ni l’un ni l’autre ne sont dangereux pour l’environnement.

Allez, sans plus attendre, passons aux recettes ! Mes choix en matière de recette suivent trois objectifs : réduire les déchets d’emballage, éviter les produits dangereux et polluants et simplifier mes tâches ménagères.

Pour laver la vaisselle :
– Après les essais ratés dont je vous parlais tout à l’heure, j’ai commencé par acheter mon liquide vaisselle en vrac chez biocoop. Et ensuite j’ai trouvé une recette ultra simple qui me convient : 2 CS de cristaux de soude + de l’eau. Si vous trouvez ce produit trop irritant, vous pouvez remplacer une partie des cristaux de soude par du bicarbonate. Ce produit vaisselle ne moussera pas du tout, psychologiquement, ça peut être dur.
– Donc je remplis un bac d’eau bien chaude et je verse dedans 1 petit verre de liquide vaisselle. Ça, c’est pour le lavage. A côté, je remplis un bac d’eau froide avec 2 petits verres de vinaigre blanc pour le rinçage.

Pour laver les plans de travail et la gazinière :
– J’utilise mon liquide vaisselle et parfois du bicarbonate que je saupoudre et que je frotte avec une brosse humide. Le bicarbonate est un abrasif doux qui peut aider à enlever des taches bien collées.

Pour laver le linge :
– Pour l’instant, j’ai abandonné l’idée de faire ma lessive moi-même. Je l’achète en vrac à Biocoop et j’essaie de réduire au maximum le nombre de mes lessives.
– Si j’ai besoin d’adoucir mon linge, j’ajoute 2 CS de vinaigre blanc dans le bac à adoucissant de la machine à laver.
– Pour enlever les taches de gras, j’utilise le blanc de Meudon. Il faut faire un petit tas de poudre sur la tache, attendre quelques heures et passer le linge à la machine.
– Pour prélaver des cols de vêtements sales ou laver mon linge à la main, j’utilise du savon de Marseille. Traditionnellement, le savon de Marseille est fait à base d’huile d’olive. Mais l’appellation “savon de Marseille” n’est pas contrôlée. Ainsi, on peut trouver des savons dits “de Marseille” qui contiennent du suif. Le suif c’est de la graisse de mouton ou de boeuf. D’autres “savons de Marseille” peuvent contenir de l’huile de palme ou de coprah, deux huiles qui viennent de loin et qui sont connues pour les problèmes de déforestation et les risques pour la santé qu’elles occasionnent. En France, pour trouver du savon de Marseille fabriqué à base d’huile d’olive uniquement, on peut se fier aux marques suivantes : Marius Fabre, Savonnerie du Fer à Cheval et Rampal Latour.

Pour laver le sol :
– J’utilise de l’eau très chaude, éventuellement quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé, et un petit verre vinaigre blanc

Pour laver les toilettes, les éviers, baignoire ou la douche :
Je le fais en deux temps, comme pour la vaisselle. Pour commencer, j’utilise mon produit vaisselle (donc cristaux de soude et eau). Ensuite, je pulvérise du vinaigre blanc, je laisse reposer et je rince.
Pour les toilettes j’ajoute une étape : avant de passer au vinaigre blanc, je nettoie les toilettes avec une brosse sur laquelle j’ai ajouté quelques gouttes d’arbre à thé.

Pour les vitres, les miroirs :
De l’eau chaude et du vinaigre blanc

Et enfin, pour le liquide lave-glace de ma voiture :
1 litre d’eau déminéralisée (pour éviter de boucher les tuyaux), 30cl de vinaigre blanc et 30cl d’alcool.

Voilà, ce sont les recettes que j’ai adoptées, mais il y en a plein d’autres sur internet ou dans les livres. Bon, j’ai encore quelques conseils à vous donner, mais, accordons-nous d’abord une petite pause.

J’ai constaté que beaucoup de recettes préconisent de mélanger du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude. N’étant vraiment pas calée en chimie, ça ne m’a pas interpellée pendant des années. Ce n’est que récemment qu’un ami m’a rappelé une règle élémentaire de chimie : acide et base se neutralisent si on les mélange. Je vais essayer d’être claire :

Le vinaigre blanc est un acide.
Le bicarbonate de soude est une base, tout comme ses cousins les cristaux de soude.
Quand on mélange du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude, ça mousse pendant quelques secondes. Si vous fermez le récipient juste après avoir fait le mélange, il se peut aussi que votre bouteille explose.

Ce mélange provoque deux réactions : un dégagement de dioxyde de carbone (ou gaz carbonique) et la création d’un sel qu’on appelle acétate. Donc, une fois le dioxyde de carbone échappé, il reste un produit au pH neutre, composé d’eau et d’acétate. L’eau et l’acétate n’ont aucun pouvoir détartrant ou dégraissant. Les effets recherchés sont donc annulés. Mélanger vinaigre et bicarbonate en proportions égales n’aurait donc aucune utilité pour le ménage. C’est pareil avec des cristaux de soude.
Cependant, j’ai trouvé sur internet des arguments qui tentent d’expliquer pourquoi dans certains cas il serait indiqué de mélanger vinaigre et bicarbonate.

– Pour déboucher les canalisations : la force d’échappement du dioxyde de carbone aiderait à déloger les bouchons
– Pour détartrer des endroits inaccessibles : la mousse produite lors du mélange contiendrait du gaz carbonique et encore un reste d’acide. Donc de l’acide toucherait les endroits envahis par la mousse, attaquant le calcaire des endroits inaccessibles.
– Pour diminuer la force du vinaigre : le bicarbonate servirait à rendre le vinaigre moins agressif en abaissant son PH.

N’ayant pas l’ambition de monter un labo de chimie dans ma cuisine, je préfère m’abstenir et m’en tenir à d’autres astuces :
– Pour déboucher des canalisations : si je pense que c’est un bouchon de calcaire, j’opte pour du vinaigre chaud. Si je pense que ce sont des cheveux ou autres matières organiques : je verse un demi-verre de cristaux de soude et de l’eau chaude ensuite.
– Pour détartrer les endroits inaccessibles : je pulvérise de vinaigre
– Pour diminuer la force du vinaigre, je le dilue simplement dans l’eau.

Passons maintenant aux outils 

Pour faire la vaisselle :
J’utilise un grattoir en métal et une brosse en bois dont les poils sont en fibres de bois également. J’ai acheté les deux à Biocoop, il ya un an. Les éponges vertes et jaunes sont de lointains souvenirs. Quand viendra l’heure de renouveler mes outils pour la vaisselle : le grattoir en métal sera recyclé et ma brosse servira pour allumer un bon feu.

Pour les surfaces planes :
J’avais une petite serviette de randonnée qui n’étais pas très pratique. J’en ai découpé des morceaux et m’en sert d’éponges que je réutilise après un lavage en machine.

Évier et baignoire sont nettoyés avec une autre brosse en bois. Les toilettes ont aussi leur brosse en bois dédiée. J’ai choisis des brosses à légumes, avec des poils bien durs, trouvées également chez Biocoop.

Pour nettoyer les vitres, j’utilise de petites lingettes que j’ai découpé dans un vieux t-shirt en jersey. Et enfin, pour le sol, une petite serpillière que je lave en machine fait amplement l’affaire.

Balais brosse et balais sont en bois, avec des poils en matières végétales. S’ils devaient se casser ou s’abîmer, je pourrai les incinérer. Quand à la pelle qui me sert à ramasser les poussières, elle est en métal. J’imagine que je l’aurais encore dans 50 ans ! J’ai tout trouvé dans le magasin Jobbing à Valence. Jobbing est un dépôt d’articles de seconde main ou de fin de série.

Pour éviter les déchets liés au ménage et passer moins de temps à accomplir mes tâches ménagères, j’ai aussi adopté quelques habitudes nouvelles, qui rendent mon quotidien bien plus harmonieux !

J’ai opté pour un aspirateur sans sac dans un premier temps. Et puis j’ai voulu réduire mon usage des appareils électroménagers, j’ai donc décidé de me passer d’aspirateur. Mon logement est modeste et je n’ai plus d’animal de compagnie, un balai et une pelle suffisent donc.

J’aère mon mon logement tous les jours, quelque soit la météo. Une bonne odeur de frais se répand dans la maison et m’épargne l’utilisation de désodorisants et d’assainissants.
Je lave mon four, mes feux de cuisson et mon plan de travail à chaque utilisation. Les tâches encore fraîhes se lavent bien mieux et de l’eau chaude suffit. Je n’ai plus besoin d’abrasifs ou de détergents puissants.
Je me déchausse avant même de rentrer chez moi. J’apporte ainsi moins de poussières dans mon intérieur, l’air y est plus sain et le sol nécessite moins de lavages.

Adopter la démarche zéro déchet m’a permis de simplifier mes pratiques, de les rendre plus saines et de réduire considérablement la quantité de mes déchets. Et, de façon inattendue, ce nouveau style de vie m’a appris à voir d’un œil nouveau ces tâches ménagères que j’exécrais. Aujourd’hui, je ne passe qu’une heure par semaine pour rendre mon intérieur sain et agréable à vivre. Une heure sans bruit, sans inhalations irritantes, sans la peau qui démange et sans la poubelle qui se remplit. Et cette heure passée à balayer, nettoyer et ranger; je ne la vois plus comme une corvée ingrate. Je la vois comme un soin que je prodigue à ma maison, et donc à moi-même.

Connaissez-vous le zen ? C’est une branche du bouddhisme pratiqué au Japon. La tradition zen veut que l’accomplissement de ces tâches ménagères soit source d’accomplissement personnel. Elle affirme que c’est l’attention portée à notre environnement qui peut nous conduire aux pensées les plus élevées et aux changements intérieurs les plus profonds.

J’essaie de me souvenir de cela quand je dépose mes chaussures au seuil de ma maison, quand je remets un objet à sa place, quand j’invite le vent chez moi le matin.

Une recommandation

Si la philosophie zen vous intéresse, je vous recommande les livres de Dominque Loreau.
Je vous conseille également de dévorer le blog de raffa : raffa.grandmenage.info. Vous y trouverez mille et une recettes de produits ménagers, ainsi que de savantes explications chimiques.
Enfin, je ne saurais que trop vous conseiller le livre de Béa Johnson, Zéro Déchet. Il offre des conseils prosaïques mais efficaces pour faire le ménage sans produire de déchets.

Je vous rappelle les bonnes résolutions du jour : fabriquez vos produits ménagers et prenez soin de votre maison en toute simplicité, comme vous le feriez de vous-même.

Sources :
Pollution:
http://www.lemonde.fr/pollution/article/2017/03/09/60-millions-de-consommateurs-epingle-une-quarantaine-de-produits-d-entretien_5091582_1652666.html
http://www.cniid.org/Dechets-et-climat-quel-rapport,53
http://www.cniid.org/IMG/pdf/2010_Plaquette_RAC_GESpoubelle.pdf
Mélange acide / base :


http://forums.futura-sciences.com/chimie/313767-base-acide-melange-questions-de-ph.html
Surtout pour les commentaires : http://www.bananapancakes.fr/archive/2016/05/09/stop-au-melange-vinaigre-blanc-et-bicarbonate-5799408.html
http://forums.futura-sciences.com/chimie/713410-vinaigre-bicarbonate-acetate-de-sodium-nettoyants-bio.html

http://raffa.grandmenage.info/
http://raffa.grandmenage.info/post/2006/04/24/Sommaire___Le_grand_m%C3%A9nage_dans_la_maison__guide_d_entretien_%C3%A9cologique_

https://fr.wikipedia.org/wiki/60_millions_de_consommateurs
https://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_%C3%A0_th%C3%A9

https://archives.enmarche.be/Societe/Vie_quotidienne/20120301_faire_le_menage_source_de_bien_etre.htm